Peinture coque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Peinture coque

Message  Danielgre le Mer 8 Mai - 20:17

Le  bateau  a  rejoint   sa résidence de carénage    le  2 avril . C'est  un ancien garage  de  réparation automobile  spacieux  et  aéré (  4   places ). J'étais  le premier   locataire,  un  autre bateau  devait  arriver mais je ne l'ai  pas vu.  

1er jour

 Avant de  poncer,  j'avais  des réparations  des  suites de la tempête du  19  septembre 2012. Char-Lie  avait  été sérieusement bousculé  et    s'était  brièvement  mais malencontreusement arrimé  à  son  voisin de corps-mort. A  cette occasion   une  cadène  et   un  écrou  de  balcon  arrière   avaient partiellement  arraché le  polyester du pont .   Des  plaques de renforcement   et du gelcoat mastic  m'ont servi  à panser   les blessures.  

Je me suis  mis  ensuite   à  réfléchir  à   quelle peinture mettre sur mon « yacht ». Pas  évident : la  plus chère,  une bi-composant me semblait  la  plus  solide,  mais  c'est aussi  une des  plus délicates  à  étaler. Il  ne  faut  pas qu'il  fasse trop froid ni  trop  chaud.

Comme  elle revient à  140  euros  pour  Char-Lie ... En  plus,  il  faut  faire  des mélanges et  ne  pas les  rater pffffffff ! !

Sur  les  forums  la monocomposant  de même  type  est recommandée  par certains,  proscrite  par  d'autres . Elle  vaut quand  même  95 euros frais d'envoi  compris ...
 

Voilà    pour  la  polyuréthane. D'autres  mettent carrément  de  la glycérophtalique  comme sur  les  murs d'une   cuisine   et disent que ça  rend  bien aussi  ...   Ca  vaut  encore  dans les 60  euros,  si  c'est  pour  se craqueler   au  bout de trois ans  ...

Un  amateur éclairé  me conseille  un  gelcoat liquide. C'est  le plus  solide,  ça  dure vingt  ans. C'est  moins cher et  très tentant,  mais  je ne suis pas équipé  ( pistolet ) pour  une  telle technique. Ça  peut se faire au  rouleau,  mais  un  ratage  et  c'est une peinture  aux  grumeaux et  des heures de ponçage en  prime …

2ème   jour

J'ai quand  même lessivé  ma  coque. J'ai     dû   m'allonger   pour le dessous   et me suis retrouvé   les cheveux  tout  bleus. Quitte  pour  un shampoing ...

Pour  traiter  les  points de contact  avec    la remorque,    j'aurais voulu    que le  bateau recule sur   les rouleaux,  mais  je n'y  suis  pas arrivé. Eh non,  je  ne suis pas équipé  d'une grue ! ! ! J'ai  essayé  tout  un  tas d'astuces  avec  les cordages,  des  poulies de retour  et  le treuil : ça a  bougé  d'à  peine  un cm  ... J'ai alors  pensé à  plutôt    soulever ma coque   avec   le   cric  de  ma voiture en prenant appui  sur  le timon de  la remorque. Finalement,  c'est la solution,  ça   lève juste   de quoi  passer   le rouleau  là  où  j'ai  besoin.


Pas  moyen  de   trouver  ma peinture  sur  Dieppe ni  Eu. J'aurais aimé  trouvé  une  PU industrielle,  pas forcément  nautique pour  limiter  les coûts. Finalement,  j'en ai  marre de courir  partout  pour gagner  50  euros. En  plus,  n'importe  quelle polyuréthane sur  une coque de bateau  pourrait se craqueler  sur une surface  moins  dure qu'une  carrosserie de voiture,  par exemple  ... Du  coup,  j'ai commandé  par  internet  de  l'Internationale PU  bi-composant. Ça  fait cher,  mais  les   frais de port   ne sont que de 5   euros (  il  y en a  2 kg 250! ) et c'est  livraison en 48 heures  ! !

Comme je suis  rentré tout  bleu  le 1er   soir après  avoir lessivé  sous la coque,  j'ai réfléchi  pendant  toute  une   nuit de somnolence agitée ... Je rêvais  d'un  balai articulé   plat  et résistant,  qui  ne  raye  pas  pour  rincer  puis poncer   sans me casser   le dos  ni  respirer  la  poussière  de   peinture.

J'ai trouvé en grande  surface,  évidemment au rayon  ménage !

9 euros ! !  Ils  en font cadeau ...

3ème  jour  

   Donc,  c'est  un balai  plat qui  pivote  sur 350 °,  idéal  pour  aller   sous  la coque et  même sur les côtés  pour épouser  les arrondis.  Il  comporte  une plaque rigide    recouverte  d'une  mousse  assez  dure,  mais  ça  reste une mousse, donc  peu  agressive  en  cas de  faux  mouvement. J'ai d'abord rincé  sous la coque avec une toile à pavé (   j'avais déjà  tout  lessivé la  veille ). Le manche est suffisamment costaud  pour bien frotter  et  on  peut  appuyer  de façon  satisfaisante même avec   la  tête articulée      qui  permet  de   passer  sous  le bateau.  

Mais mon balai magique a encore servi  avec  le papier de verre. J'ai  collé  celui-ci sur la  mousse   avec  du  double-face. Ça  me stabilisait   ma  demi-feuille de  papier  de verre bien à  plat et j'ai  poncé  relativement vite  ma  coque au  bout  du  manche  télescopique ramené   à  un mètre  de long  afin  de bénéficier d'un  peu  plus de force et  de  quoi  moins  respirer la   vieille    peinture. 
Après,  il  faut    repasser   tout  à l'acétone  ( pffffffff) , mais  là  ... à  la  place du papier de verre, j'ai  les lingettes du balai    comprises dans les  9  euros ! ! !
Pour  la bordure,  je  ponce  à  la main   avec   un  masque pour respirer  car ça  se  situe  à  hauteur  de visage.

Dans la  même  idée, pour  peindre sous  la coque,  je  prévois déjà  de  mettre  un  manche à  balai  au  bout de mon  rouleau. Je  risque de barbouiller  un peu  la  remorque  mais tant  pis  …

J'ai  trouvé  un  pot  de sous-couche PU  bi-comp sur    Dieppe.  42 Euros :  ça  couvre  9  m2.  Ma  coque fait  10 m2. En  tirant  un  peu,  ça  va  le faire. Ce n'est  que de la sous-couche  ... 

 Pour  les mélanges     bi-composant  j'ai  acheté  un  batteur  mécanique   à  mayo mu  par  une manivelle à  main.   C'est  pas  donné  nom de D ... Presqu'aussi  cher que mon  balai  magique  !  

J'ai ensuite  réfléchi à  ce que j'allais  mettre  sur  la  liaison coque-pont. En  ponçant,  je  me suis aperçu  que  ce n’était  pas   la  même peinture que sur   la coque. Si  je pouvais me  risquer   à mettre  du bi-composant   sur cette dernière,  il était   clair  qu'il  ne  me  fallait pas  jouer    à faire  la même  chose  ici.  Du  bi-comp  sur  une ancienne mono  et   c'est  un  décollement de l'ancien revêtement  assuré  … La  solution  ici ce sera  donc  le toplac,    PU mono  de bonne qualité.

Avant de peindre,  il faut colmater  les  trous  qui  ornent ma  bordure de pont. On  croirait que Woody Wood Pecker y a oeuvré  depuis sa  sortie de  l'oeuf.   Mastic, ponçage des  petits  trous  comme  dirait  Gainsbourg … Finalement, il  en restera de minuscules,  je  m'en apercevrai  quand  il sera  trop  tard, après  le 1ère  couche de toplac. Je l'avais bien lu  que  la  PU  révèle  tous  les défauts,  la vache ! !  


4 ème  jour  

Donc  à  cet endroit,  j'ai  commencé  par    étaler     une sous-couche « prékote ». J'ai  utilisé  une   patte  de lapin . C'est assez  long,  mais, comme la surface  est  pleine  de  courbes,  pas  moyen de faire autrement.
 Je vais  mettre  plusieurs sous-couches : j'en ai  750 ml,  de  quoi  peindre  le bateau  entièrement.  Ca ne se  garde  pas plus de quelques  jours   une fois ouvert ... Je vais en  jeter !
Pour  la  toplac,  j'ai  trouvé  un  pot de  300ml. C'est  mieux.

Sur   la  coque,  la  bi-composant,  c'est  encore  pire.  J'ai  déjà  foutu un demi  pot  de  sous- couche  en l'air. Je  n'aurai  pas dû  la  mélanger, je  ne croyais  pas que j'en aurais assez  pour deux  couches  et en fait oui ...  Les  indications  de  la doc sont toujours   fausses ... Dommage ! Mais  j'ai  calculé  que   là, je pourrai  mettre trois couches de la vraie  (  à  chaque fois :  300 ml  de base et  150  de durcisseur ).

5 ème  jour  

Petit  à  petit, je deviens  le  spécialiste de la polyuréthane bi-composant    :
 
Passages  du  rouleau : 1 )  vertical  2 )  horizontal  3 )  « re »vertical en remontant   pour éviter  au  max  les coulis
 
4)  lissage  au  pinceau laqueur  pas  plus   appuyé  qu'avec une  marguerite, par  bandes  de  30 cm  environ ... 
 
Bon  c 'est  pas du  pistolet  hein  ... 

Suite  à  mes  premiers  essais  de peinture  PU  bicomp,  j'ai pu  dégager quelques  maximes et  aphorismes  bien  apaisants,   applicables  à  tout  peintre  carrossier  amateur débutant … ainsi  qu'à  toute  surface  bien entendu  :

-  Le  mieux  est l’ennemi  du  bien …
-  Celui  qui  cherche sa  belle -mère  ne  viendra  pas la chercher  là … ( En Cauchois : «   l'sien  qui  trache  sa  bell'mé y   viendra  pas  la cri  lao. » )
-  " Tout  défaut visible  à  plus de  10 m  n'existe  pas   ! ! "   ( dixit  un  internaute  sur forum  H et O. )
-  La  polyuréthane bi-composant    fait ressortir  les  aspérités  de moins d'un dixième  de mm d'épaisseur  alors  ...  faut pas rêver   ! ! !
-  Sur les photos    c'est nickel. Et  quand le soleil  arrive de biais  ... Je tourne  le dos.
 
-  BON  DE TOUTES  FAÇONS, JAMAIS DE  SOLEIL  AU TREPORT    NA  ! ! ! ! 

- Non  pas de  souci  ce  sera chouette  quand  même. Mais  y'a  pas à dire,  c'est un  autre genre de boulot   que la peinture  à  l'eau  !

6 ème  jour  

Première  couche  d'antifouling.
J'ai choisi  un   bleu marine ( proche de l'ancien ) qui  fait  bien ressortir  le  blanc  brillant  de la coque .
Finalement,  c'est très facile à  étaler. Rien à  voir avec la polyuréthane.  Par  contre,  ça  ne  couvre  pas beaucoup contrairement  à ce que  le vendeur  m’avait  annoncé. J'ai  déjà  entamé  le deuxième  pot d'un  demi-litre ... En  tout  cas, ça  jette. Dommage  que ça  ne restera  pas comme ça  en frottant  sur les  galets  du  corps-mort ...

Sinon,  grosse  misère :  mon rouleau  de  masquage   m'a  fait une cata.  J'avais  un doute  en me disant qu'il  collait  un  peu fort. L'an  dernier, sur  le pont,  j'avais eu le problème inverse. Ca  se décollait au soleil  et j'avais bavé. Les  jours  précédents,  j'en  ai  mis  sur  de la peinture ancienne et  c'était impec. Là,   quand  j'ai  voulu  le  décoller, il  est très  mal parti et toute  la colle est restée sur  ma peinture  d'hier. Pire,  en passant l'acétone pour  nettoyer,  je  me suis  aperçu que par  endroits, j'enlevais  ma  première  couche de  bi-composant avec  la  colle.  J'ai frotté  pendant deux  heures  rien que pour traiter  un côté. Après,  il était l'heure  d'arrêter  pfff ! !
Quand ma colle aura  séché  ça  sera  peut-être mieux  ... Heureusement  que j'ai encore plusieurs  couches à passer ( et à  poncer ).  A  chaque  jour sa  mésaventure.

7 ème  jour

Encore  4   heures   à  frotter  pour  enlever   à  peu  près toute  la colle. Près  d'un  trois-quart de litre d'acétone en tout … Sans commentaire  …
Finalement, il est préférable  d'attendre  au  moins  deux  jours avant de  poser quoi que ce soit sur  une couche de  peinture. 

Mon   petit  batteur  à  main  pour  mélanger  ma  peinture est  complètement bloqué  car  celle-ci  a  durci,  même  plongé  dans  un  bain  d'eau. La  bi-comp,  ça  ne  pardonne  pas  ... Deux manchons de  patte de  lapin,  un  pinceau  et  un  batteur  foutus  à  chaque  couche. En  fait  non,  le  batteur,  je  le récupère  en grattant  la peinture sèche.
C'est quand  même cher  un beau  bateau  ...

J'ai  racheté  du  ruban  de  masquage  de marque. J'en ai  mis  sur  ma peinture bleue  d'hier  et je n'ai  pas eu  de souci. J'ai  fait  la  coque en  bi-comp ( 2ème  couche  ). Là  aussi,  il  m'a fallu  2  rouleaux. Le  premier   peluchait  à  la  moitié de la coque . Plus  qu'une couche . Je commence à  en voir le bout.

8 ème  jour
Après  une dernière   sous-couche sur  la  liaison  coque-pont, 1 ère couche de TOPLAC . Je l'ai mélangée avec  le fond de pot  de prékote  qui  me  restait. C'est  préconisé par  le  fabriquant.  Du  coup,  il  me reste de  quoi   mettre au  moins  deux  couches de  toplac  pure même si  j'ai  pris  un  pot  tout petit.    

J'ai quand  même  eu  une mauvaise surprise. Ma  patte de lapin  s'est  mise à  pelucher grave. Quand j'ai voulu  la changer ...  plus de patte  de lapin  ! ! ! Je croyais en avoir acheté  plein ...  J'ai fini  au  pinceau. C'est  plus  long, il faut beaucoup  lisser.



9 ème jour

Pour  la dernière   couche  de  coque,  la  chaleur s'est invitée. Sous  les  tôles du  garage,  la température maximale  de travail  se rapproche de façon  inquiétante.  Pas d'autre solution   que d'ouvrir la porte,  avec le risque que des bestioles    viennent se  coller   à la  peinture. Finalement, on est   au  printemps  et  une seule petite  larve  se promènera paresseusement  sur  une surface  déjà  sèche.

10 ème  jour

Deuxième  couche de  Toplac.    Ma  bordure de pont commence  à  briller. Char-Lie ne fait  déjà  plus  son  âge et  ce n'est pas fini ...
En  serrant  les fesses,  je  pose  mon masquage  sur  ma  coque  pour  la  2 ème couche d'antifouling. Que se  passera-t-il  au décollage ?  Ma  PU  a séché  pendant deux jours,  mon  masquage  n'est  plus  un  premier prix  mais une  marque dûment estampillée  …  Tout devrait  bien se passer.

Normalement.

Bon, ça  se décolle. Faut pas  médire …  Mais  j'ai quand  même  des restes de  colle  par endroits.    Pas  si évident.  Bon  cette-fois-ci  ça  part  au  premier coup de chiffon acétoné. Pas  besoin de frotter  6  heures ! ! !  
Conclusions définitives  ( ? )  à  propos  de la  pose de   masquage sur PU  bi comp.

- ne  pas utiliser  de ruban  premier   prix
- laisser   sécher  la  PU  (  Polymérisation ) plusieurs  jours


11 ème  jour  

Finalement,  je décide  de  passer   une troisième  couche de toplac  avant  de  tracer  ma  bande   déco.   D'abord,  il  me reste  de la  marchandise  et   ça  finirait  sinon  à  la  poubelle  ( au prix qu'est  le beurre  … ). Ensuite,  je n'arrive  pas encore à  avoir  un  brillant  vraiment  uniforme.  J'ai  dû  rater  quelque  chose … Toujours deux  jours entre chaque couche : il  en  faut de la  patience ! ! !  Maintenant,  j'utilise  une  patte  de  lapin  en  mousse  de  grande qualité,  non  poreuse. Quel bonheur ! ! !  Plus  de poils qui  se collent à  la  surface.

12  ème  jour

Bande     déco !!! Elle  prendra  place  sur la  partie inclinée de  la bordure,  en  laissant  une  marge  blanche sous    mon  gris de  pont.  Pas question  de  retoucher à  la bicomposant  de  la coque  pour une histoire de  déco.  Bien  trop  délicat  à  étaler. Que  les   puristes  du  kelt  550   me pardonnent ! ! !  

Il  me reste  un fond  de toplac et je  me suis procuré  du  colorant  bleu. Je  voudrais  obtenir  un  bleu  marine qui  me  paraît  mieux  adapté  au  gris  un  peu  terne  du  pont (  qui était  hélas préexistant ) et  à  l'anti-fouling  bleu  soutenu.  Je vide  mon  tube de  colorant et  je n'arrive  pas obtenir  mieux   qu'un  bleu  France un  peu  poussé  quand  même.  C'est mieux que rien.  Par contre,  le  toplac  a  sacrément épaissi,  lui  qui  me semblait  tellement  liquide quand  je l'étalais  pur. Je  dois  même rajouter   du diluant  en deux  fois.   L'intérêt  de ce  phénomène, c'est que  je  n'aurai  qu'une couche à  passer  pour  obtenir ma  bande  déco …

Finalement,  le  plus difficile  est  de positionner  le scotch  de masquage  de façon  rectiligne  et  en deux  bandes rigoureusement  parallèles  …

« Rigoureusement », faut  pas y  compter.  

D'où  l'intérêt   là  encore de ces lamentables maximes  et aphorismes déjà  cités  «   çui qui  .. etc. etc.»

Étaler  une peinture  épaisse implique  une  manœuvre  inverse  à  celle qui  prévalait  pour  la  bi-comp :
1 j'étale  au  pinceau
2 je  lisse au  rouleau

1er  coup  de rouleau :  je  déborde  déjà  du  masquage ! !        Bon  début grrrr … Non,  je  ne  pourrai  pas passer  mon  rouleau  longitudinalement. Je  dois donc m’astreindre à  faire  le tour  de Char-Lie  à  petit coups de rouleaux  verticaux  de  4 cm  de  large …    

Le  meilleur,  c'est quand on  enlève  le  ruban. Une  belle  ligne  bleu  France  apparaît … avec quelques  bavures snif ! Mon  masquage  bas était  sur  un plan  horizontal  et  parfois  la  peinture  s'est délicieusement  lovée    dessous.   Il  faudra  un  épisode  supplémentaire    de  grattage de  bavures  à  sec.

13 ème  jour

Bavures :
Quelques  coups  de  cutter à  effleurements   délicats   et  un  chiffon  légèrement  imbibé  de diluant sont venus  à bout  des  bavures  les  plus  criantes.

Parfois,  mon  parallélisme  a les  allures hésitantes  de retour de soirée bien   arrosée  : mes  4 cm de largeur  de bande  déco  jouent  ici  ou  là  les  3, 9  voire  3,85  … «  Cui  qui  cherche  … »


Conclusion  


On  dira  que  pour  un amateur,  l'ensemble  ne causera  pas  plus  de  2   ou  3   nuits  difficiles  à  refaire  inlassablement  sur  l'oreiller la peinture du  bateau (  j'aurais dû … si  j'avais  su  … ). 2 ou  3  seulement : un  moindre  mal et c'était  le but  recherché.
Tout  n'a  pas été  fait  vraiment dans  les règles de  l'art,  mais avec    volonté,  torticolis  et  transpiration ! Ça   compense .



Pour  mémoire



Dernière édition par Danielgre le Sam 16 Jan - 11:45, édité 2 fois
avatar
Danielgre

Messages : 183
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 64
Localisation : Dieppe

Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/voilierkelt550/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peinture coque

Message  Admin le Mer 8 Mai - 23:43

Alors là, félicitations Daniel ! Ca brille...
Il y a eu du boulot mais le résultat est là. Char-Lie va faire son petit effet sur l'eau.
Bonnes navigations.
Vincent
avatar
Admin
Admin

Messages : 104
Date d'inscription : 29/12/2010
Age : 52
Localisation : Coutances

Voir le profil de l'utilisateur http://kelt550.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Plaisir

Message  Danielgre le Jeu 9 Mai - 7:46

Merci Vincent.
Finalement, ce fut une occupation très agréable pour un retraité. J'imagine que ce doit être un peu plus stressant quand on n'a que les congés et les week-ends pour tout mener à bien ... Je culpabilise presque ... !
Je t'avais envoyé d'autres photos. Je ne sais pas si tu les as bien réceptionnées ?
Salutations marines
Daniel
avatar
Danielgre

Messages : 183
Date d'inscription : 03/12/2011
Age : 64
Localisation : Dieppe

Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/voilierkelt550/home

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peinture coque

Message  Admin le Jeu 9 Mai - 9:35

Bonjour Daniel,
Si, si, j'ai bien reçu les photos. Mais n'étant pas encore en retraite Wink , j'ai un peu oublié de te répondre. Pour cette année, je vais me contenter de refaire l'antifouling de Bélouga mais je n'ai pas du le temps de m'y mettre. Il me faut deux jours de temps sec... Peut-être ce week-end.
Vincent
avatar
Admin
Admin

Messages : 104
Date d'inscription : 29/12/2010
Age : 52
Localisation : Coutances

Voir le profil de l'utilisateur http://kelt550.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Peinture coque

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum